+33 4 78 24 80 47
34, rue Cuvier - 69006 Lyon
HISTOIRE DU MASSAGE THAÏ

Le massage Thai traditionnel ou Nuad Bo-Rarn est une thérapie ancienne et traditionnelle asiatique née du Bouddhisme il y a plus de 2500 ans, pratiquée en Thaïlande.

Ce massage et ses techniques furent enseignés dans les temples, transmis oralement à travers les générations.

Il existait de précieux documents relatifs au massage thaï écrits en langue « Pali », dont la majeure partie a été détruite lors du pillage et de l'incendie de la ville d'Ayutthaya par les Birmans vers 1767.

Les quelques manuscrits sauvés par le roi Rama III furent gravés sur des plaques de marbre et scellés dans les murs du temple WAT PO (« temple du Bouddha couché ») à Bangkok, qui abrite la célèbre école de massage Thai.

D'après les textes « Pali », c'est Shivago KOMARPAJ, médecin et contemporain de Bouddha, qui fonda les principes du massage Thaïlandais.

Cette fusion entre la médecine et la religion s'incarne parfaitement en la personnalité de Shivago Komarpaj. C'est à lui que les praticiens adressent leur prière avant de commencer leur séance de massage.

Le massage thailandais est un art thérapeutique mondialement reconnu provenant d'un précieux héritage culturel.


LES ORIGINES DU NUAD BO-RARN EN THAILANDE

Depuis des temps très anciens, les expéditions entre l'Inde et la Chine traversaient la Thaïlande (anciennement le « Siam ») où les bateaux de marchandises séjournaient pour éviter les moussons.

Outre les marchandises, les cultures et les pratiques médicales ont aussi été échangées durant cette période. C'est la raison pour laquelle le massage traditionnel thaï et les pratiques médicales sont mélangées avec les pratiques siamoises, chinoises, indiennes, ainsi que d'autres pays asiatiques.

Ce mélange culturel et méthodologique d'une grande richesse fait du Nuad Bo-Rarn le massage le plus complet d'Asie.

En 1455 pendant la période Ayutthaya, le département du massage était établi dans le service de gouvernement royal du roi Barommatrilokkanat.

En 1661, Simon de Loubère, qui était la liaison française à la cour royale de Louis XIV écrit le premier document international à propos du massage thaï dans son mémorandum : "Lorsqu'une personne est malade, au Siam, elle commence par se faire pétrir tout le corps par quelqu'un de très habile qui renforce le corps de la personne malade et lui appuie sur le corps avec ses pieds, ses coudes, ses mains"

En 1767, lors du pillage et de l'incendie d'Ayutthaya par les Birmans, tout fut brûlé, y compris les textes sur les médecines et les massages.

En 1831, le roi Rama III commanda de collecter toutes les anciennes connaissances sur les médecines et massages dans tout le royaume, et les fit préserver à Wat Po.
Cela incluait les pratiques médicales, la médecine des plantes, et des textes sur les massages. Le roi commanda également de trouver 80 statues d'auto massage de yoga, et statues d'étirement appelées "RueSi DatTon".

En 1906, le roi Rama V décida de traduire tous les textes médicaux en langage Thaï moderne pour l'enseigner dans l'hôpital Siriraj et l'école de médecine.
Ce livre Royal d'école médicale s'appelle : "TamRa PhaedSard SongKhroe ChaBad Luang", qui inclue aussi bien tous les écrits sur la médecine que sur les massages.

En 1955, l'école de médecine traditionnelle Thaï a été établie à Wat Po. Au début l'école enseignait seulement trois sujets : Les pratiques médicales, la pharmacie, et les sages-femmes. Les cours de massages thaïs traditionnels commencèrent plus tard et furent enseignés à partir de 1962.




LE TEMPLE ET L'ÉCOLE DE WAT PO

L'école Wat Po est la plus célèbre école de médecine et de massages traditionnels thaïs de Bangkok, intégrée au coeur du temple Wat Po, le plus ancien temple de Bangkok.

La construction du temple actuel a débuté en 1788, sur le site d'un temple plus ancien, le Wat Phodharam. Il a été étendu, avec d'importantes restaurations, sous le règne de Rama III (1824-1851), et fut restauré de nouveau en 1982.

Le temple conserve les plaques de pierre où sont gravées des personnages avec les points réflexes, et lignes "sen", reliques qui servirent à l'enseignement, les autres documents ayant été détruits.

Ces illustrations en marbre sont reconnues par l'UNESCO dans son programme "Mémoire du monde".

Ce sont les moines qui longtemps perpétuèrent l'enseignement du massage. La technique de Wat Po comprend un style plus strict, et plus pudique, plus efficace que les techniques plus diversifiées du nord.

Nos praticiennes au salon sont diplômées du temple Wat Po.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'affichage de services tiers pouvant utiliser des cookies. Pour révoquer ce consentement, consultez notre politique de confidentialité